Pour les amateurs de visites en tous genres, culturelles, gastronomiques, ou encore artistiques, Paris est la ville idéale. Elle propose en effet tous types de lieux à visiter et d’excursions, pour tous les âges et toutes les envies : des musées, des galeries et expositions d’art(s), des jardins et parcs, des monuments historiques, mais aussi des passages commerciaux divers et variés.

Dispersés aux quatre coins de la ville, on pense en premier lieu sans doute au plus ancien d’entre eux à savoir le Passage des Panoramas, mais pas seulement puisqu’il en existe un certain nombre dans la capitale. Parmi eux notamment, le Passage du Grand Cerf considéré comme un des plus spectaculaires de la ville.

Quand et où a-t-il été édifié ? Comment expliquer l’origine de son nom ? Quelle est son histoire depuis sa construction à aujourd’hui ? Et enfin de quoi se compose-t-il ? Pour en apprendre davantage sur le Passage du Grand Cerf à Paris, rendez-vous ci-dessous.

Quand et où a été construit le Passage du Grand Cerf ?

passage du cerf Paris

Construit entre 1825 et 1827, le Passage du Grand Cerf est situé dans le 2e arrondissement de la capitale, plus précisément au 145 rue Saint-Denis dans le quartier du même nom. Ce sont ainsi les rues Saint-Denis et Dussoubs (initialement appelée la rue des deux portes Saint-Sauveur) qui sont reliées par le biais de ce passage.

Avec sa structure composée de métal et de fer forgé d’une hauteur de presque 12 mètres, le Passage du Grand Cerf est connu pour être le plus haut de Paris. Et grâce à sa verrière, le lieu baigne dans une lumière naturelle tout au long de la journée.

Tout ceci en fait ainsi un des plus lumineux et spectaculaires de la capitale française.

Aussi, le lieu doit son nom simplement du fait de son emplacement. En effet, le Passage du Grand Cerf a été construit à l’endroit d’une ancienne place où l’on trouvait l’hôtel du Grand Cerf, réservé aux conducteurs de diligence aussi appelés « rouliers ».

Comment le Passage du Grand Cerf a-t-il évolué depuis sa construction ?

Au même titre que les autres passages parisiens, le Passage du Grand Cerf a évolué au fil des années. Divers évènements ont en effet rythmé sa vie depuis sa construction.

Tout d’abord, à la fin du règne de Charles X dans les années 1810, l’espace sur lequel se trouve le Passage du Grand Cerf est vendu à l’administration des Hospices. Vendu par la suite à la compagnie bancaire Devaux-Moisson, c’est en 1825 qu’il est décidé de transformer le lieu en un passage couvert et ouvert à la population.

C’est alors que les travaux de transformation de l’espace débutent. Si ce dernier conserve sa structure de base, le passage a toutefois été rétréci au niveau de la circulation principale. Cette modification a ainsi permis de construire de nouvelles façades.

Aussi, le 5 novembre 1827, le Passage du Grand Cerf a servi de refuge aux insurgés. Ces derniers voulant combattre les libéraux ont été repérés par les militaires, c’est pourquoi ils prennent refuge dans le Passage du Grand Cerf, qui toutefois ne les sauvera pas de la mort.

Par la suite, le passage est de moins en moins bien entretenu. Ceci est dû d’une part au fait que les propriétaires n’ont pas contribué à sa conservation et sa rénovation, et d’autre part au fait que d’autres passages ont vu le jour à Paris. Ces derniers attirent alors davantage de personnes que le Passage du Grand Cerf, qui perd alors en rentabilité.

C’est ainsi qu’en 1862 il est vendu à l’Assistance Publique, qui cherche à le revendre à son tour. Il sera finalement mis en location puis laissé à l’abandon, avant d’être repris en 1885. Entièrement détruit, le Passage du Grand Cerf est ensuite reconstruit à l’identique en 1990.

Culturellement parlant, le Passage du Grand Cerf a également servi de lieu de tournage pour la comédie « Zazie dans le métro », adaptée du roman de Raymond Queneau et réalisée par Louis Malle en 1960.

Finalement, le Passage du Grand Cerf est aujourd’hui inscrit au titre des Monuments historiques, et ce depuis le 25 novembre 1985.

De quoi se compose le Passage du Grand Cerf ?

passage du cerf Paris
@ParisAutrement

Grâce à sa structure métallique particulière, le Passage du Grand Cerf se compose de trois niveaux, dont le dernier est constitué de logements. Les commerces, soit environ une trentaine, s’étendent donc sur deux niveaux de façade vitrée.

Et si initialement le Passage du Grand Cerf était tourné vers l’artisanat, il est aujourd’hui plutôt associé au luxe. Ouvert du lundi au samedi de 8 h 30 à 20 h 30, il se compose en effet de boutiques diverses et variées. Les férus de boutiques axées sur la maison y trouvent leur bonheur parmi les commerces proposant notamment du mobilier, du design, mais aussi de la décoration et des luminaires, comme c’est le cas au Labo ou Rickshaw.

Et pour ceux qui préfèrent les boutiques plus « traditionnelles », le Passage du Grand Cerf compte aussi plusieurs commerces de créateurs de mode et de bijoux, comme M.X Paris ou Men by Men. Parfumerie, savonnerie ou encore mercerie apparaissent aussi sur le plan du passage : de quoi satisfaire la curiosité de tout le monde.

Aussi, pour la petite anecdote : le Passage du Grand Cerf est le premier passage à accepter les paiements en Bitcoin, ceci depuis novembre 2016. Il s’agit donc du seul « Bitcoin Boulevard » de la capitale française.

 

Situé dans le 2e arrondissement de Paris, le Passage du Grand Cerf est un des plus spectaculaires de la ville. En effet, sa structure aérienne de 12 mètres de haut en métal et fer forgé est combinée à une verrière. Et si le passage a connu divers bouleversements depuis sa construction en 1825, c’est aujourd’hui un passage commercial composé d’une vingtaine de boutiques de mobilier, décoration, mode, mais aussi une savonnerie et une mercerie. Finalement, que l’on soit un acheteur ou un promeneur, le Passage du Grand Cerf est un lieu intéressant dont la structure et l’atmosphère si particulières charment toujours ses visiteurs.